J’ai au premier plan entendu une mélodie très modeste et très pragmatique, venant d’un ustensile insolite, les personnages qui peuplent les tréfonds du disque dur parlent du buzz… c’était une musique très lointaine, en avançant j’ai fini par débouler dans une forêt de bases de règles ! Un arbre m’a soudain barré le chemin et une branche s’est imposée comme radicalement prioritaire. Sur une feuille, j’ai lu la formule que je suis en train de remettre à jour !

19 mai 2017 23:18:55

Aussi faut-il avoir hanté les bureaux pour reconnaître à quel point la vie rapetissée y ressemble à celle des collèges ; mais partout où les hommes vivent collectivement, cette similitude est frappante : au régiment, dans les tribunaux, vous retrouvez le collège plus ou moins agrandi. Tous ces employés, réunis pendant leurs séances de huit heures dans les bureaux, y voyaient une espèce de classe où il y avait des devoirs à faire, où les chefs remplaçaient les préfets d’études, où les gratifications étaient comme des prix de bonne conduite donnés à des protégés, où l’on se moquait les uns des autres, où l’on se haïssait et où il existait néanmoins une sorte de camaraderie, mais déjà plus froide que celle du régiment, qui elle-même est moins forte que celle des collèges. À mesure que l’homme s’avance dans la vie, l’égoïsme se développe et relâche les liens secondaires en affection. Enfin, les bureaux, n’est-ce pas le monde en petit, avec ses bizarreries, ses amitiés, ses haines, son envie et sa cupidité, son mouvement de marche quand même ! ses frivoles discours qui font tant de plaies, et son espionnage incessant.

Honoré de Balzac, Les employés.


Voilà, je crois que le dernier module du programme est maintenant chargé et que je suis en possession de tous mes moyens. Nous allons pouvoir commencer…

J’active la chronique

Chronique du 19 mai 2017

378 dépêches

775 pages après calcul

Bon, je déclenche cette chronique en me plaçant volontairement – dans la mesure où j’en suis capable ça va de soi – dans la problématique de l’énergie. Ce qui motive cette décision, c’est non seulement le score global (150)de la catégorie Economie de l’énergie – dont je crois me souvenir qu’elle provient du corpus nucléaire – mais aussi le déploiement de ses représentants : énergie, électricité, gaz, pétrole, énergies, la politique énergétique, énergies renouvelables, efficacité énergétique, approvisionnement énergétique, potentiel énergétique, besoins énergétiques, mix énergétique…

Il n’est pas très difficile d’isoler les dépêches les plus prototypiques de la catégorie « Economie de l’énergie ». J’en ouvre 5 – il n’est pas exclu qu’il y ait des redites, on va voir ça…

La première dépêche est celle-ci : « Un nouveau matériau pour purifier le gaz naturel ». On y lit :

Paris, 19 MAI 2017 Un nouveau matériau pour purifier le gaz naturel Les domaines de la séparation et de la purification des gaz demandent des matériaux dont la porosité doit-être parfaitement contrôlée.

Actuellement, les zéolites, composés inorganiques poreux, sont le plus souvent utilisés, mais réclament beaucoup d’énergie pour leur recyclage.

Bien que très efficaces, ils demandent beaucoup d’énergie pour être régénérés entre chaque utilisation.

Ces travaux montrent également qu’il est possible de moduler les propriétés structurales et chimiques des MOF afin de les adapter à la séparation de molécules de taille plus grande, d’un intérêt majeur dans le domaine de l’énergie et de l’environnement.

La deuxième : « Les partis britanniques en campagne pour les législatives ». Voici les énoncés relevant du registre Economie de l’énergie :

Ils assurent aussi que tout nouvel investissement sera orienté vers les énergies renouvelables, en particulier l’éolien terrestre et le photovoltaïque.

Ils visent donc à plafonner d’urgence le prix de l’énergie pour que la facture annuelle d’un ménage ne dépasse pas 1200 euros.

Une énergie à moindre coût Les conservateurs ont été les derniers à publier leur programme – préfacé par la Première ministre Theresa May – le 18 mai.

Leur idée ? Réduire le plus possible le coût de l’énergie, de façon à « être compétitif au niveau international ».

La troisième dépêche a pour titre « Le nouveau gaz chinois : révolution ou intox ? ». Les extraits qui s’imposent ici :

La Chine affirme être le premier pays au monde à avoir extrait de la glace combustible du fond de la mer – un nouveau carburant alternatif dont les réserves dans le monde sont plus nombreuses que celles de pétrole, de gaz et de charbon réunies.

A l’avenir, les méthodes d’utilisation de l’énergie vont se transformer ", a déclaré le directeur adjoint des recherches géologiques du ministère.

« En réalité, les premières expériences pour la production d’hydrate de méthane ont été réalisées au Japon il y a dix ans », indique Ivan Kapitonov, directeur du département de la politique énergétique à l’Institut d’économie affilié à l’Académie des sciences de Russie.

Un autre point important concerne le coût de la production industrielle de ce gaz.

Quatrième texte de la série Economie de l’énergie : « Tout euro, tout éco. Russie et Europe : le gaz plus que jamais une arme géostratégique ». On peut y lire spécialement :

Alexeï Miller, le PDG de Gazprom, dans un communiqué, a assuré que les consommateurs turcs et européens auraient d’ici 2019 une route sure pour l’importation du gaz russe.

Le gazoduc passera donc sur la Mer Noire pour atteindre la Turquie, pays de transit avant de livre le gaz aux Européens.

Deux projets concurrents abandonnésL’Europe avait décidé de construire Nabucco qui devait transporter le gaz azerbadjanais et turkmène vers l’Europe en passant par la Turquie avec une arrivée en Bulgarie, direction l’Autriche.

Il s’agissait aussi pour Nabucco, porté par les compagnies d’Europe centrale, de diversifier l’origine du gaz, mais le gaz s’est fait rare.

Enfin, j’ai retenu cette autre dépêche : « N° 4578 – Rapport de MM. Christian Bataille et Christian Namy, établi au nom de cet office, sur l’évaluation du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018 ». Quelques énoncés pour finir :

C’est par rapport à l’ensemble de ces éléments qu’il convient d’apprécier l’adéquation du PNGMDR 2016-2018, transmis au Parlement le 17 février 2017 par Madame la ministre de l’Environnement, de l’énergie et de la mer.

Même si, au fil des années, les participants ont pu changer, avec les nominations successives au sein des organismes impliqués, la composition de ce groupe de travail reste globalement la même, avec, notamment, des représentants des deux autorités de sûreté : Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et Autorité de sûreté nucléaire de défense (ASND), ainsi que de leur appui, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), du ministère de l’Environnement, avec la direction de l’Énergie et du climat (DGEC) et la direction générale de la prévention des risques (DGPR), de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), des principaux producteurs de déchets, dont EDF, AREVA et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), enfin des associations de défense de l’environnement, par exemple l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO), France nature environnement (FNE) et Greenpeace.

Cette décision s’est concrétisée, en seulement quelques années, par l’ouverture, en 1966, de la première usine du site industriel de La Hague, destinée à récupérer le plutonium issu des combustibles « uranium naturel graphite gaz » (UNGG) usés.

Pour mesurer l’intérêt de cet effort de récupération des matières énergétiques encore contenues dans les combustibles nucléaires usés, il convient de garder en tête une comparaison simple : cent grammes d’uranium ou un gramme de plutonium fournissent plus d’énergie qu’une tonne de pétrole.

J’ai regardé les traits relatifs au prix du pétrole, et j’ai relevé ça :

Au risque de me répéter quelque peu, j’examine maintenant les différentes sources d’énergie qui sont impliquées dans les dépêches :

uranium :

En retirant des déchets à stocker les deux actinides majeurs : le plutonium et l’uranium, le retraitement des combustibles usés permet d’atteindre également un objectif secondaire important : la réduction de leur toxicité, notamment radiologique, et de leur volume.

« N° 4578 – Rapport de MM. Christian Bataille et Christian Namy, établi au nom de cet office, sur l’évaluation du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018 », OPECST, 19 mai 2017

électricité :

L’adaptation de l’usine de La Hague aux nouveaux réacteurs nucléaires de production d’électricité a été décidée, voici plus de quarante ans, en 1976, alors que commençait leur déploiement.

« N° 4578 – Rapport de MM. Christian Bataille et Christian Namy, établi au nom de cet office, sur l’évaluation du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018 », OPECST, 19 mai 2017

gaz :

Les deux projets ont été abandonnés, l’un parce que sans maîtrise de la quantité de gaz livrée, l’autre bloqué par l’union européenne après la crise ukrainienne et finalement abandonné par Moscou.

« Tout euro, tout éco. Russie et Europe : le gaz plus que jamais une arme géostratégique », franceinfo, 19 mai 2017

solaire :

Cela change notre vision de la formation du Système solaire et limite le nombre de scénarios possibles de sa naissance ", relate Csaba Kiss de l’observatoire Konkoly en Hongrie.

« Le satellite d’une des plus grandes planètes naines découvert par Hubble et Spitzer », sputniknews, 19 mai 2017

charbon :

En Chine, un projet visait même à extraire l’uranium des filtres des centrales à charbon.

« N° 4578 – Rapport de MM. Christian Bataille et Christian Namy, établi au nom de cet office, sur l’évaluation du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018 », OPECST, 19 mai 2017

pétrole :

Quant à la Grande-Bretagne, qui dispose encore pour quelques années de capacités de retraitement significatives, à hauteur de 900 tonnes par an, l’arrêt de l’installation de Sellafield résulte d’une absence, plus générale, d’investissement dans le domaine nucléaire durant les vingt dernières années, lié à la dépendance énergétique vis-à-vis du gaz et du pétrole de la mer du Nord.

« N° 4578 – Rapport de MM. Christian Bataille et Christian Namy, établi au nom de cet office, sur l’évaluation du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018 », OPECST, 19 mai 2017

gaz naturel :

Le gaz naturel extrait du sol a besoin que l’on élimine l’eau et le CO2 qu’il contient, afin que seul le méthane reste présent.

« Un nouveau matériau pour purifier le gaz naturel », CNRS, 19 mai 2017

Normalement, lorsque l’on entre par la question des sources d’énergie et des enjeux économiques qui les caractérisent, on trouve assez vite, surtout ces dernières années, les thèmes écologiques. J’ai donc regardé le déploiement de la catégorie Discours Ecologique (score total : 257), avec des représentants tels que environnement, recyclage, développement durable, nocivité, Terre, la nature, protection de l’environnement, énergies renouvelables, éolien, écologie, biomasse, impact environnemental… Ce qui me conduit à isoler trois dépêches :

La première est appelée : « N° 4578 – Rapport de MM. Christian Bataille et Christian Namy, établi au nom de cet office, sur l’évaluation du plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018 », et on y lit :

Ce document faisant l’objet, pour la première fois, d’un avis de l’Autorité environnementale du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), ainsi que d’une consultation par le public, préalables à sa publication, vos rapporteurs ont, malgré tout, été à même d’avancer dans leur étude sur la base d’une version quasi-définitive.

La première orientation concerne la réduction de la quantité et de la nocivité des déchets radioactifs, notamment par le retraitement des combustibles usés et le retraitement et le conditionnement des déchets radioactifs.

D. L’APPORT ET LES LIMITES DE L’ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE Le processus d’élaboration du PNGMDR 2016-2018 comporte une innovation majeure : il s’accompagne d’une évaluation par l’Autorité environnementale du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), ainsi que d’un rapport environnemental faisant suite à un cadrage préalable de la même autorité environnementale, en date du 22 juillet 2015.

La deuxième dépêche : « Les partis britanniques en campagne pour les législatives » :

La lutte contre la pollution atmosphérique, l’interdiction de la fracturation hydraulique et des pesticides néonicotinoïdes représentent les thématiques les plus citées en matière d’environnement.

Ils assurent aussi que tout nouvel investissement sera orienté vers les énergies renouvelables, en particulier l’éolien terrestre et le photovoltaïque.

Ils estiment qu’il n’est pas nécessaire de développer l’éolien terrestre, contrairement à l’éolien offshore, et qu’il faut favoriser la fracturation hydraulique du gaz de schiste, suivant le modèle américain.

Enfin, le troisième titre que je retiens n’est autre que « Pavillon bleu 2017  : le nombre de ports labellisés poursuit sa progression » :

Cette distinction récompense les candidats qui s’engagent en faveur de l’environnement.

Quatre types de critères sont pris en compte : éducation à l’environnement, g… Cette année, les jurys du Pavillon Bleu ont retenu 173 communes lauréates en France.

Cette distinction récompense les candidats qui s’engagent en faveur de l’environnement.

Quels sont les nouveaux sigles ?

Ah les sigles, on n’y coupe pas – il est inévitable de tous les connaître pour survivre en milieu technomanagérial n’est-il pas… Voici l’arrivage du jour :

ISDD, TTFA, PIGD, SAPRAC, IVSO, RWMD, ZIRA, AGPF, RSAF

J’ouvre le catalogue des nouveaux sigles :

ISDD
installations de stockage de déchets dangereux,
TTFA
très-très faible activité,
PIGD
Programme industriel de gestion des déchets,
SAPRAC
Saudi American Public Relation Affairs Committee,
IVSO
Interprofession des vins du Sud-ouest,
RWMD
Radioactive Waste Management Directorate,
ZIRA
zone d’intérêt pour des recherches approfondies,
AGPF
Amélioration génétique et physiologie forestières,
RSAF
Royal Saudi Air Force

Je note les personnalités du jour

Les palmarès intéressent pas mal de monde sur cette planète. Je lis par exemple à propos de Mme Merkel, la chancelière allemande : La chancelière allemande Angela Merkel a détrôné la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice comme femme la plus puissante de la planète, selon le classement 2006 des 100 femmes les plus influentes en termes de visibilité médiatique et de pouvoir économique, publié fin août 2006 par le magazine Forbes.

Je me demande si je finirai un jour dans un institut de sondage ou d’étude des médias !

Dans l’actualité de la journée, les dix personnalités qui tendent à s’imposer sont : Trump, Macron, Assange, Bataille, Namy, Hulot, Ngo, Rohani, Chavant, Hanouna,…

Et pour revenir à Merkel, je lis :

Marie-Christine ValletRadio FrancePremière rencontre officielle, entre le président français Emmaneul Macron et la chancellière allemande Angela Merkel, à Berlin le 15 mai 2017.

« Micro Européen. Macron-Merkel : vers une relance franco-allemande et européenne ? », franceinfo, 19 mai 2017

(GETTY IMAGES) Il ne faut pas s’attendre à un changement de position d’Angela Merkel dans l’immédiat, car elle doit attendre les élections législatives du mois de septembre en Allemagne, selon Georg Blume.

« Micro Européen. Macron-Merkel : vers une relance franco-allemande et européenne ? », franceinfo, 19 mai 2017

Angela Merkel souhaite en effet préserver la relation franco-allemande.

« A Bruxelles, Berlin donne le «  la  » », Le Monde, 19 mai 2017

Ces reproches font écho aux attaques régulières de Marine Le Pen contre François Hollande, taxé de « vice-chancelier » d’Angela Merkel.

« A Bruxelles, Berlin donne le «  la  » », Le Monde, 19 mai 2017

Lors de la crise des migrants, à l’automne 2015, il est un des premiers ténors européens à critiquer la politique d’accueil de la chancelière allemande Angela Merkel et à prôner -puis finalement obtenir- une fermeture de la route des Balkans.

« Sebastian Kurz, le jeune Autrichien encore plus pressé que Macron », AFP, 19 mai 2017

« Je souhaite que l’engagement allemand puisse s’intensifier, je l’ai évoqué lundi avec (la chancelière) Angela Merkel, c’est aussi sa volonté », a-t-il précisé.

« Au Mali, Macron appelle à relancer le processus de paix », AFP, 19 mai 2017

Son idée de l’émancipation vaut pour des rencontres comme celle du Sommet du G20 des femmes, où elle a brillé en robe à fleurs aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel et de la directrice du FMI Christine Lagarde.

« Ivanka Trump accusée de « faux féminisme » », sputniknews, 19 mai 2017

L’état du palmarès des 30 premières personnalités de l’actualité

Examinons maintenant les listes de personnalités cumulées en se donnant deux périodes.

La première période nous mène du 14 septembre 2004 au 29 mars 2017 :

2975 Sarkozy
1931 Hollande
1665 Obama
886 Fillon
877 Royal
810 Valls
802 Bush
742 Poutine
731 Chirac
680 Le Pen
580 Clinton
558 Merkel
540 Villepin
420 Trump
376 Bayrou
351 Kerry
336 Netanyahu
335 Ayrault
331 Aubry
324 Abbas
315 Copé
301 Macron
279 Kadhafi
269 Erdogan
269 Fabius
258 Juppé
246 Cameron
243 Berlusconi
229 Mélenchon
228 Lagarde

La seconde période couvre les 50 derniers jours, soit du 30 mars 2017 au 18 mai 2017 :

50 Macron
50 Trump
50 Hollande
49 Le Pen
48 Mélenchon
47 Fillon
42 Hamon
37 Poutine
34 Sarkozy
23 Dupont-Aignan
20 Valls
20 Chirac
18 Erdogan
14 May
14 Maduro
14 Poutou
13 Tillerson
12 Merkel
12 Asselineau
11 Bayrou
10 Juppé
9 Clinton
8 Lavrov
8 Philippot
8 Mitterrand
8 Obama
7 Rohani
7 Comey
7 Arthaud
7 Lassalle

L’examen attentif de ces listes fait apparaître ceci :

Dans la période récente, on ne retrouve plus en tête d’affiche des gens comme :

Royal, Bush, Villepin, Kerry, Netanyahu, Ayrault, Aubry, Abbas, Copé, Kadhafi, Fabius, Cameron, Berlusconi, Lagarde…

A contrario, on voit émerger des personnalités jusqu’alors absentes ou nettement moins présentes :

Hamon, Dupont-Aignan, May, Maduro, Poutou, Tillerson, Asselineau, Lavrov, Philippot, Mitterrand, Rohani, Comey, Arthaud, Lassalle

Et de cette comparaison, je peux extraire les piliers de la structure des personnalités :

Macron, Trump, Hollande, Le Pen, Mélenchon, Fillon, Poutine, Sarkozy, Valls, Chirac, Erdogan, Merkel, Bayrou, Juppé, Clinton, Obama

La nécrologie du jour

Ah ! Enfin une variante nécrologique que je n’avais pas !

Voyons ce que l’on trouve au rayon géopolitologie

Où l’on parle encore et toujours de la Syrie. Je me rappelle encore de la formule de Florence Aubenas en 2011, le régime de Bachar allait tomber vite fait… Pas facile d’être visionnaire. Bon enfin, des faits, des faits…

Mais le Kremlin, qui dépend aussi de la vente de son gaz, y voit aussi une occasion de voir confortées par une alliance avec la Turquie ses positions géostratégiques comme en Syrie et de réaffirmer sa puissance aux portes de l’Europe.

« Tout euro, tout éco. Russie et Europe : le gaz plus que jamais une arme géostratégique », franceinfo, 19 mai 2017

Le chef d’état-major des armées des Etats-Unis, le général Joseph Dunford, a assuré à la Russie que de nouvelles frappes en Syrie sont exclues si les forces armées américaines ne sont pas menacées.

« Chef d’état-major : plus de frappes en Syrie, sauf si les forces armées US sont menacées », sputniknews, 19 mai 2017

L’aviation de la coalition menée par les Etats-Unis a frappé jeudi soir un convoi pro-Assad en Syrie, dans la zone d’At-Tanf, à proximité de la frontière avec l’Irak et la Jordanie.

« Chef d’état-major : plus de frappes en Syrie, sauf si les forces armées US sont menacées », sputniknews, 19 mai 2017

Dans un communiqué, le ministère a précisé que l’attaque a eu lieu à 16h30 (heure de Syrie) sur l’autoroute d’At-Tanf dans le désert syrien.

« Damas confirme la frappe de la coalition contre un site gouvernemental à At-Tanf », sputniknews, 19 mai 2017

L’aviation de la coalition menée par les Etats-Unis a frappé jeudi soir un convoi pro-Assad en Syrie, dans la zone d’At Tanf, à proximité de la frontière avec l’Irak et la Jordanie.

« Damas confirme la frappe de la coalition contre un site gouvernemental à At-Tanf », sputniknews, 19 mai 2017

Après le départ massif de réfugiés quittant leur pays au cours de l’été 2015, – notamment à cause de la guerre en Syrie et en Afrique -, l’Europe, magnanime, décide d’accepter 160000 demandeurs d’asile parmi ceux qui viennent d’échouer sur les côtes d’Italie ou de Grèce.

« Accueil des réfugiés : les députés européens exhortent leurs pays à respecter leurs engagements », LHumanité, 19 mai 2017

Je passe à la suite !

Nous n’avons pas terminé. Il faut promptement regarder les affaires qui défrayent la chronique – ou plus exactement, car il convient d’être précis, qui entrent dans des formules canoniques bien explicites comme : scandale du Watergate, affaire Monica Levinsky, affaire Clinton, affaire Seth, affaire ? Devront-ils, affaire Cahuzac, affaire Fillon, affaire Renault, affaire Tefal,

Et connaissant le goût de certains membres du réseau pour les palmarès, je ne résiste pas à l’injonction qui consiste à afficher la table des conflits dont on a le plus jasé entre le 6 décembre 2004 et le 19 mai 2017 :

827 corruption
467 Clearstream
410 Bettencourt
215 Outreau
196 Cahuzac
184 pédophilie
167 Karachi
164 viol
161 emplois fictifs
155 Bygmalion
144 dopage
139 DSK
137 Kerviel
136 meurtre
127 écoutes
113 Watergate
112 Merah
111 Mediator
111 Elf
103 Carlton
101 masse
100 caricatures
98 proxénétisme
93 fraude fiscale
91 Fillon
88 fraude
84 Sofitel
83 Tapie
83 Angolagate
81 matches

La fin n’est pas la fin si et seulement si…

le fil de commentaires s’anime !

C’est rarement le cas, mais ça arrive… Par exemple, le 3 mars 2015 :

http://prosperologie.org/mrlw/blog/all/chroniques/2015/03/03/chronique_mrlw/