Les spécialistes de la crise du changement climatique disent quelque chose de significativement différent de ce que les historiens de l’environnement avaient dit jusqu’à présent. En détruisant involontairement la distinction artificielle, mais consacrée par la tradition, entre histoire naturelle et histoire humaine, les spécialistes du climat postulent que l’être humain est devenu quelque chose de bien plus vaste que le simple agent biologique qu’il a toujours été. Les êtres humains sont désormais porteurs d’une force géologique.

Dipesh Chakrabarti, Le climat de l’histoire : quatre thèses (2009)