[...] pour qu'il y ait dialogue, il faut que soient mis en présence deux interlocuteurs au moins, qui parlent " à tour de rôle ". A un premier niveau d'analyse, que l'on peut dire " formel ", toute interaction verbale se présente comme une succession de " tours de parole " - ce terme désignant d'abord le mécanisme d'alternance des prises de parole, puis par métonymie, la contribution verbale d'un locuteur déterminé à un moment déterminé du déroulement de l'interaction (production continue délimitée par deux changements de tour, qui peut du reste avoir une longueur extrêmement variable, allant du simple morphème à l'ample " tirade ").

Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales