Décidément, Wikipédia est-elle fiable ? Tant pis si la question ressemble déjà à un serpent de mer. Le fait est que les dénégations des dirigeants de l'encyclopédie participative en ligne ont curieusement pour effet de renforcer la suspicion. Et ce ne sont pas les études comparatives avec les mastodontes encylopédiques sur papier qui dissiperont les doutes car le plus souvent, ces études prêtent elles-mêmes à controverse. Passons sur la “faveur” (euphémisme, bien sûr) dont jouit Wikipédia dans le référencement des moteurs de recherche (Google, Yahoo…). Toujours en première page, presque toujours dans le peloton de tête, et l'on sait qu'une majorité de lecteurs ne va pas au-delà. Reconnaissons de bonne foi que le contenu est riche, dense, séduisant et parfois surprenant. Pourtant, il n'est pas antidérapant. C'est le principe de Wikipédia qui demeure toujours aussi discutable, cette idée bien dans l'air du temps que, au fond, tout le monde est encyclopédiste puisque tout le monde est déjà journaliste, cinéaste, critique d'art, critique littéraire, critique de cinéma, critique gastronomique, photographe etc. Voudrait-on nous faire croire que Wikipédia est à l'Universalis ou la Britannica ce que la démocratie d'opinion est à la démocratie représentative que l'on ne s'y prendrait pas autrement. On ne nous a pas encore fait le coup de “l'encyclopédie citoyenne” mais ça ne devrait pas tarder.

Pierre Assouline, "L'affaire Wikipédia" (La République des livres, blog, janvier 2007)